Prospective grandes cultures

Les flux rss du siteImprimer la page

Zoom sur les filières normandes

Betteraves sucrières

Avec plus de 29 000 hectares cultivés en betterave, la Normandie occupe plus de 7,5 % des surfaces dédiées à la betterave en France et contribue ainsi à faire de la France le premier pays européen producteur de sucre et le premier pays mondial producteur de sucre de betterave.
Fiche débouchés de la Betterave en Normandie

Maïs grain

État des lieux de la filière maïs grain en Normandie. Présentation successive de la production de maïs, des acteurs régionaux de la collecte et de la transformation, de l'organisation de la filière, de la destination finale des produits et des enjeux de la filière à l'horizon 2030.
Fiche débouchés du maïs grain

Pommes de terre

Les surfaces, principalement en Seine-Maritime, Eure, les acteurs régionaux de la collecte et de la transformation et leurs problématiques d’avenir, notamment le changement climatique et la réduction des traitements phytosanitaires.
Fiche débouchés de la pomme de terre

Quelles exploitations de Grandes Cultures en 2030 ?

La compétitivité de la France sur le marché des céréales

Les exportations françaises de blé représentent environ 50 % de la collecte nationale, faisant de la compétitivité de la France sur le marché des céréales une question cruciale. Yannick CAREL, économiste chez Arvalis, intervenait à ce sujet lors des 5es rencontres Économie et Marchés agricoles le 27 septembre 2016. Il s’est d’abord attaché à caractériser la compétitivité de la France avant d’en dresser quelques perspectives d’évolution.

Fondamentaux des marchés

Le contexte de marché des grandes cultures a été fortement influencé depuis 2000 par l’essor de la demande chinoise et par la mise en place du programme bioéthanol américain. Une prospective sur les 15 ans à venir doit intégrer l’évolution future de ces variables, et identifier les autres phénomènes qui pourraient infléchir les tendances des dernières années.

Quelles attentes environnementales de la société vis-à-vis des Grandes Cultures ?

Les attentes environnementales de la société vis-à-vis des exploitations de Grandes Cultures, se traduisent par des législations importantes sur l’usage des phytosanitaires, la protection de l’eau contre les pollutions par les Nitrates, la protection de la Biodiversité et les conditions d’usage des OGM. Parmi ces thèmes, la réduction des phytos à travers les plans successifs Ecophyto semble être le principal enjeu environnemental pour l’avenir des Grandes Cultures.

 

Les débouchés des protéagineux en Normandie

Le pois et la féverole sont des cultures qui s’adaptent ainsi parfaitement à la Normandie. Dans cette fiche sont examinées successivement les acteurs régionaux de la collecte et de la transformation, l'organisation de la filière , la destination finale des produits, ainsi que les problématiques à venir de la filière.

 

 


Quelles mutations dans les exploitations ayant des grandes cultures en Normandie à l’horizon 2030

La Normandie bénéficie de conditions climatiques avantageuses, favorables aux grandes cultures. Un peu moins de la moitié de la SAU leur est consacrée, soit 870 000 hectares de terres arables. Céréales, oléagineux et plantes industrielles (lin, betteraves, pommes de terre) assurent plus de 30% du produit agricole normand. La Normandie se caractérise également par sa forte spécialisation en blé qui occupe plus de 53% des surfaces consacrées aux cultures de vente (contre 40% en moyenne nationale).

Dans ce contexte, les Chambres d’agriculture de Normandie ont souhaité faire une étude prospective sur les systèmes agricoles en grandes cultures, pour en connaître les adaptations et les mutations à venir d’ici 2030.

La Normandie, la région du lin

Quelles exploitations de Grandes Cultures en 2030 ? Enjeux d’avenir de la filière

Avec 47 000 hectares, la Normandie est la première région productrice au Monde de lin textile et dispose d’un maillage important d’entreprises de première transformation, les teillages. Cette position de leader relève de terroirs très favorables à la culture et à de nombreux savoir-faire techniques des producteurs et des transformateurs, acquis au fil des générations.

Changements climatiques et grandes cultures

Les changements climatiques se confirment et s’amplifient et la température moyenne à la surface de la terre a déjà augmenté de + 0,85°C entre 1880 et 2012 (5e rapport du GIEC, 2013-2014). Selon les modèles climatiques, le réchauffement mondial au 21e siècle sera compris entre 0,3 et 1,7°C pour les hypothèses les plus optimistes et 2,6 à 4,8°C pour les hypothèses les plus pessimistes, avec une modification de la pluviométrie et un accroissement de la fréquence des évènements climatiques extrêmes. Dans la problématique des changements climatiques, l’agriculture a une place bien particulière :

  • c’est un secteur d’activité « émetteur » de gaz à effet de serre. L’agriculture représente 13,5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), sans compter les émissions dues à la déforestation qui représentent plus de 17 % des émissions mondiales. Contrairement aux autres secteurs émetteurs, c’est un secteur « vital » et les émissions résultent surtout de processus biologiques.
  • c’est un secteur où les impacts des changements climatiques sont déjà visibles. Dans les pays où les dérèglements déstabilisent déjà les écosystèmes, c’est à travers l’agriculture que les populations ressentent les premiers effets.
  • l’agriculture est aussi une des seules activités qui peut permettre d’atténuer les changements climatiques en stockant du carbone dans les sols.

Des politiques publiques de lutte contre le changement climatique commencent à se mettre en place et vont nécessairement se développer. L’agriculture sera un des secteurs concerné.

L’assolement normand

L’évolution des surfaces en grandes cultures des cinq départements normands analysée en 7 pages.
Les grandes cultures étudiées comprennent :

  • cinq céréales (le blé, l’orge, l’avoine, le triticale et le maïs grain),
  • trois oléo-protéagineux (le colza, le pois et la féverole) et
  • quatre cultures industrielles (la betterave, le lin textile, le chanvre et la pomme de terre) ;
  • est également analysée la luzerne destinée à la déshydratation.

La Basse et la Haute-Normandie sont comparées aux autres régions françaises.

Les exploitations normandes de Grandes Cultures

Les travaux prospectifs sur l’avenir des grandes cultures en Normandie concernent les exploitations qui cultivent plus de 40 ha de céréales + oléoprotéagineux + betteraves sucrières + lin + pomme de terre.
L’analyse des données, issues du recensement agricole de 2010 et traitées en partenariat avec les DRAAFS de Haute et Basse-Normandie dans le cadre de la typologie Inosys, révèlent que ces exploitations exploitent 48 % de la SAU, emploient 30 % des UTA salariés et cultivent plus de 90 % des cultures industrielles (Lin, betteraves sucrières et pommes de terre).
Ces exploitations élèvent plus du quart du cheptel normand (plus de la moitié en Haute-Normandie).
Les exploitations de polyculture élevages normandes sont plus grandes et plus « collectives » que les exploitations sans animaux. Elles sont conduites par des chefs d’exploitations plus jeunes.

Analyse des exploitations normandes de Grandes Cultures

Evolution des rendements des cultures

Le rendement du blé plafonne en France depuis plus de 15 ans. Ce n’est pas le cas en Haute-Normandie le dernier record date de 2008.
Le rendement des autres grandes cultures poursuit une progression ralentie, sauf en betteraves où la hausse est spectaculaire et rapide.
Des facteurs comme le changement climatique, le coût de la fertilisation ou les sélections variétales influent sur les rendements.

Analyse de l'évolution des rendements des cultures

Recensement des études prospectives sur les grandes cultures

Plusieurs études prospectives sur les grandes cultures ont déjà été menées dans différentes régions céréalières françaises, ainsi que des études plus globales à l’échelle mondiale, pas spécifiques des grandes cultures.

Offre de services

Besoin d'une intervention, d’une analyse prospective, d’une étude d’impact, d’une expertise de politique agricole

Un accompagnement sur mesure par des experts indépendants

En savoir +

Publications

ACTUALITES

lundi 18 septembre 2017

Le « Bilan d’automne » de l’économie agricole normande sera présenté lors des rencontres "Economie et Marchés agricoles". Découvrez les grandes tendances de 2017.

lundi 18 septembre 2017

Économiques et géostratégiques, les enjeux liés à l’export de produits agricoles normands sont forts. Dotée de trois ports dont le premier port céréalier de France,...

vendredi 01 septembre 2017

A faire avant le 15/10/2017 sur TELEPAC