Vous êtes ici : Accueil > L'agriculture normande

Publications "Economie et prospective"

Les flux rss du siteImprimer la page

Il y a un an, les citoyens se prononçaient pour une sortie de l’Union européenne.

Fin 2016, 89 % des Français ont consommé au moins un produit bio dans l’année, 69 % déclarent en consommer au moins une fois par mois, 28 % au moins une fois par semaine et 15 % tous les jours (contre 9 % en 2014).

Dans le cadre des travaux sur la future PAC post 2020, les Chambres d'agriculture présentent leur premier document de positionnement, centré sur les objectifs de la future réforme de la PAC.

Le Revenu Net d'entreprise de la ferme normande a reculé en 2016 de 285 millions d’euros.

 

 

Alors que la France perd des parts de marché à l’international, une journée d’échanges sur la filière porcine, organisée par l’IFIP-Institut du porc le 6 décembre 2016, a été l’occasion pour les acteurs de la filière d’entretenir leur réflexion sur la compétitivité de la filière. Retrouvez une synthèse des exposés et débats.

décembre 2016

Retrouvez les informations et analyses stratégiques sur l'économie, la politique agricoles et l'alimentation avec cette lettre d'information "Économie et Prospective agricole".

 

 

 

Les crises auxquelles l’élevage laitier a dû faire face en 2009 et 2015 ont fait naître de vives inquiétudes pour un secteur majeur de l’agriculture française (troisième poste excédentaire du commerce extérieur agroalimentaire).

octobre 2016

Par cette initiative, la CRAN et les Chambres départementales d’agriculture souhaitent mieux informer sur les idées qu’elles défendent et les positions qu’elles prennent pour l’intérêt général de l’agriculture et de l’agroalimentaire normands.

Malgré un début de ralentissement de la collecte européenne et un léger rebond des prix mondiaux des produits laitiers depuis début septembre, la crise du secteur laitier se poursuit en 2016 et le bout du tunnel semble encore bien lointain.

Dans le précédent numéro de la Note de conjoncture Grandes Cultures, il avait été indiqué que les producteurs de céréales n’étaient pas à l’abri d’un retournement des prix.