Conjoncture des marchés

Les flux rss du siteImprimer la page

Filière lait

Le début de l'année 2017 laisse entrevoir un filet de lumière au regard des deux années de crise qu’a traversé le secteur laitier.
Certains produits comme le beurre ont retrouvé de l’allant, faisant remonter les cours. Mais cela ne se traduit pas nécessairement sur les prix du lait payés aux producteurs, dont le niveau de revenu est bien trop insuffisant pour renflouer des trésoreries siphonnées par la crise.

Bilan d’automne de la ferme normande et situation de conjoncture

Trou noir pour l’agriculture normande

À la crise de l’élevage qui dure depuis début 2015 s’ajoute cette année une baisse des rendements sans précédent dans le secteur céréalier.

Cette moisson catastrophique et avec des impacts hétérogènes selon les territoires est d’autant plus frappante qu’inattendue. Le bilan d’automne de la ferme normande fait une première évaluation à date des effets mesurables sur le revenu normand de l’année 2016.

La contribution du secteur des céréales à la baisse de la valeur ajoutée de l’agriculture normande 2016 est la plus lourde essentiellement du fait des volumes moindres de cette année.

Le lait est le deuxième poste qui fait baisser le revenu, son prix ayant continué à diminuer en 2016.

La baisse d’une partie des charges vient légèrement atténuer celle des produits.

Avec toutes les précautions nécessaires pour cette estimation précoce du revenu, qui ne prend en compte que des effets partiels connus, le cumul des effets mesurés est de 365 millions d’euros en moins, soit 57 % du revenu 2015. A ce stade, les risques d’erreur sont estimés à au moins 15 %.

Filière viande bovine normande

Le secteur de la viande bovine est actuellement en pleine crise et de nombreuses questions sur l’avenir de ce secteur se posent. Quelques éléments d’analyse.

 
Retournement de tendance en 2014 : le prix de la viande bovine recule de près de 7 %. Cette baisse interrompt une tendance pluriannuelle de hausse des prix à la production. La baisse est plus forte en vaches qu’en viande de bovins mâles.
Tendance 2015 : la production européenne de viande devrait encore être en hausse d’environ 1 à 2 %, ce qui devrait maintenir les prix à la baisse (Source : Commission Européenne Short Term Outlook février 2015).

 

Les chiffres normands illustrent une activité bovine en hausse : le cheptel progresse et l’activité des outils d’abattage (sortie élevage) est stable voire en hausse.
Pour autant, les revenus restent très bas du fait de la baisse conjointe des prix et des aides en 2014.
L’ambiance générale de la filière bovine est moins bonne avec notamment des perspectives de marchés moins optimistes qu’en 2013.
La réforme des aides PAC, avec la suppression de la PHAE et la révision des soutiens couplés pour les détenteurs de vaches allaitantes et la baisse des soutiens pour les engraisseurs de jeunes bovins ne sont pas de nature à rassurer non plus.
Le fait que l’Italie ait mis en place une aide directe à l’engraissement devrait indirectement soutenir le cours du broutard en France

Filières céréales et oléagineux

Ottawa, Mexico, Washington : le prochain circuit de Donald Trump

L’élection puis la prise de fonction de Donald Trump ouvrent une ère de profonds changements dans la conduite de la politique commerciale américaine. Elles coïncident de surcroît au moment où va expirer le Farm Act de 2014-2018. Une nouvelle loi agricole devrait donc être appliquée à la fin de l’année 2018.

 

 

 

Offre de services

Besoin d'une intervention, d’une analyse prospective, d’une étude d’impact, d’une expertise de politique agricole

Un accompagnement sur mesure par des experts indépendants

En savoir +