Qualité du lait et produits laitiers

Les flux rss du siteImprimer la page

L’influence de l’alimentation des vaches laitières sur la qualité organoleptique des beurres et camemberts a été mesurée sur deux années d’essai.
L’essai s’est déroulé en trois phases :

  • La production de lait à partir d’une alimentation à base d’ensilage de maïs ou d’ensilage d’herbe sur le site de la ferme expérimentale.
  • La fabrication des beurres et camemberts par le Hall Technologique du Lycée Agricole Saint-Lô Thére.
  • La dégustation des produits par un jury de consommateurs et un jury qualifié dont le suivi et l’analyse des résultats ont été assurés par l’ADRIA de Normandie.

En bref

  • Les résultats zootechniques sont favorables à l’ensilage de maïs. Il permet une production de lait supérieure et des taux butyreux et protéiques supérieurs.
  • Les beurres « ensilage d’herbe » sont préférés grâce à leur pâte plus jaune, à leur caractère plus crémeux et à leur goût plus prononcé.
  • L’introduction d’une part d’herbe dans les rations maïs améliore rapidement la qualité des produits.

Cinq régimes alimentaires estivaux représentatifs du grand Ouest français ont été comparés sur la base de pâturages de ray-grass anglais, de ray-grass anglais-trèfle blanc, de prairie naturelle et associations pâturage - ensilage d’herbe ou de maïs. Cinq régimes hivernaux ont aussi été comparés sur la base d’ensilage de maïs complémenté avec du tourteau de soja ou de colza, d’ensilage d’herbe, de foin et associations ensilage de maïs - ensilage d’herbe et d’ensilage de maïs - foin.

L’objectif était d’étudier l’incidence du régime alimentaire sur la qualité organoleptique des produits finaux.

En bref

  • Il y a une très bonne concordance entre les profils d’acides gras des laits et ceux de la matière grasse des fromages qui en sont issus.
  • Les régimes hivernaux donnent des laits riches en acides gras moyens et saturés.
  • Les régimes d’herbe pâturée donnent des laits riches en acides gras longs et insaturés et en acides gras de bonne valeur nutritionnelle.
  • Les régimes mixtes pâturage + ensilage donnent des laits et des fromages ayant des profils intermédiaires.
  • Par rapport aux régimes hivernaux, les régimes à base d’herbe pâturée donnent des laits plus riches en acides gras longs et insaturés, notamment en acide oléique et en oméga-3.
  • La nature des fourrages et des concentrés offerts aux vaches laitières constitue un levier d’action efficace pour moduler la qualité nutritionnelle de la matière grasse du lait et des produits qui en sont issus.

L’objectif de la monotraite est d’avoir plus de souplesse dans l’organisation du travail (sur l’année ou à des moments précis : semis, récolte, congés annuels ...), ou de pouvoir gérer les excédents de lait. Bien située dans l’année, elle permettrait également d’écrêter le pic de printemps de la collecte laitière des entreprises.

En bref

  • Avec la « monotraite » au pâturage de printemps, la production laitière par vache baisse de 25% et le taux butyreux augmente de près de 5 points. Le taux protéique semble assez peu modifié.
  • La fréquence des mammites cliniques est plus élevée avec une augmentation du taux cellulaire des animaux concernés par cette pathologie. Grâce au couchage au champ, les risques de pathologies mammaires et d’augmentation des taux cellulaires peuvent être limités.
  • La monotraite apporte plus de souplesse dans l’organisation du travail à une période de pointe de travail et affecte peu le revenu de l’exploitation : en 2006, la diminution de marge nette se situait entre 1 000 et 1 500 € selon les époques de vêlage pour un troupeau produisant 300 000 litres de lait.

Publications

ACTUALITES

vendredi 08 septembre 2017

La Ferme expérimentale de la Blanche maison à mis en place la reproduction en bande continue avec le début de 6 semaines d’IA et de vêlages le 1er août.

vendredi 08 septembre 2017

Depuis le 15 mai, l’essai sur les veaux à l’herbe dès 8 jours a commencé. 14 veaux (5 femelles et 9 mâles) sont nés entre le 18 mai et le 18 juin avec un poids de...