Foin ventilé en grange

Les flux rss du siteImprimer la page

Pendant 4 ans, une expérimentation sur l'évaluation technico-économique et environnementale de 2 systèmes laitiers « Pâturage + ensilage de maïs » (système « EM ») et « Pâturage + foin séché en grange » (système « FV ») a été conduite à la ferme de La Blanche Maison. L’objectif était d’obtenir des références technico-économiques locales et de préciser les conditions de faisabilité des systèmes herbagers avec des prairies multi-espèces et du foin séché en grange.

Les performances zootechniques des vaches du système « FV » ont été inférieures à celles du système « EM » surtout en hiver, au moment de la consommation des fourrages conservés. La réussite du système « FV » est tributaire de la maîtrise du taux de légumineuses dans les prairies multi-espèces pour garantir le rendement et la qualité nutritive des foins. Au niveau environnemental, l'analyse de cycle de vie a montré peu d'écart entre les 2 systèmes. Les différences se situent au niveau de la consommation d’électricité pour le séchage du foin et d’un besoin de surface supérieur pour produire 1 000 litres de lait pour le système « FV ». Au niveau économique, une plus-value sur le produit d’exploitation doit être recherchée pour compenser la nouvelle charge liée à l’investissement du séchoir.

Guide du séchoir en grange

En bref

  • Les deux systèmes étudiés sont assez proches au niveau technique, même si la productivité des animaux et des surfaces est un peu plus faible avec le système « FV ».
  • Une amélioration est certainement possible sans augmenter les intrants grâce à une meilleure maîtrise du taux de légumineuses dans les prairies multi-espèces destinées à faire du foin séché en grange.
  • Au niveau économique, la marge nette d'exploitation supplémentaire ne permet pas de couvrir les charges liées à l'investissement du séchoir.
  • Les éleveurs, qui s'engagent dans cette voie, doivent donc trouver une plus-value sur leur produit d'exploitation en valorisant le lait dans des filières qui rémunèrent suffisamment ce type de lait (appellation d’origine, agriculture biologique).
  • Les deux systèmes ont des impacts environnementaux assez proches et similaires à ceux des exploitations des réseaux d'élevage, sauf en ce qui concerne la consommation d'électricité nécessaire au fonctionnement du séchoir à foin.

Dans le cadre des essais analytiques ou systémiques entrepris à la ferme expérimentale de La Blanche Maison, 27 foins séchés en grange provenant de différentes prairies multi-espèces ont été testés sur moutons, à l’atelier d’évaluation « in vivo » du Domaine INRA du Pin au Haras. L’objectif était de mieux connaître leurs caractéristiques nutritionnelles (valeur énergétique, valeur azotée et capacité d’ingestion). Ces foins ont été réalisés dans différentes conditions, au cours des cycles de fauche ayant eu lieu entre 2004 et 2009.

En bref

  • La composition chimique et la valeur alimentaire des foins testés se caractérisent par une grande hétérogénéité surtout pour les foins des 2es coupes et suivantes. En moyenne, leur valeur azotée est plutôt élevée avec 137 g de MAT par kg MS. Leur teneur en cellulose brute de 262 g/kg MS est assez faible.
  • La digestibilité varie énormément avec un minimum de 61%, un maximum de 76 % pour une moyenne de 69 %.
  • Les foins de première coupe ont tendance à avoir des teneurs en matières azotées et en cellulose brute plus faibles que les foins des coupes suivantes.

Publications

ACTUALITES

jeudi 16 novembre 2017

Retour sur les présentations et démonstrations de la 4e Rencontre agro-numérique à la ferme expérimentale de Normandie.

vendredi 08 septembre 2017

La Ferme expérimentale de la Blanche maison à mis en place la reproduction en bande continue avec le début de 6 semaines d’IA et de vêlages le 1er août.